Tous les articles par Sylvie Ge

I find inspiration from different forms of poetry (White, haiku, Prynne ) and everyday life to feed this experimental blog. I have devoted my time to writing and poetry since 2015, after working as an academic at the University of Canterbury from1995. Photos are mine unless stated otherwise. Canon digital. Je m'inspire librement de differentes formes de poesie (White, haiku, Prynne) et du quotidien pour alimenter ce blog de poesie visuelle. Je me consacre maintenant entierement a l'ecriture, apres avoir quitte la vie universitaire (Universite de Canterbury) en 2015. Les photos sont les miennes, sauf indication contrary. canon digital

Les mots (1)

tenby22

Au temps des Fêtes, on veut se réunir et partager, ce qui conduit inévitablement à l’évocation de  ceux d’entre nous qui sont seuls, certains par choix, certains par obligation. La solitude est bien ou mal vécue selon les individus, le temps de la vie ou le contexte dans lequel on en fait l’expérience. De plus, il n’est pas toujours facile d’en discuter, car les mots eux-mêmes semblent hésiter un peu.  L’anglais distingue assez bien la qualité des différents  états d’esprit de la solitude avec   « solitude » et  « loneliness »*.  En  français, la solitude s’oppose à l’isolement, le second concept insistant davantage sur son caractère imposé ou indésirable. « Se sentir seul », en revanche, est très clairement un état que l’on cherchera à éviter, alors qu' »être seul » peut être vécu de différentes façons. Le ou la « solitaire » aime souvent vivre seul(e).

Pour moi, la solitude est habituellement un état particulièrement positif, car il est souvent choisi et vécu comme un privilège me donnant l’occasion de me ramener vers ce qui est important. Quelles que soient les circonstances, cependant, certains lieux sont pour moi plus particulièrement propices  à la solitude et le bord de mer  (l’Atlantique ou le Pacifique) est l’un de ceux-là.

*Paul Tillich a dit, à cet égard que : « la langue a créé le mot « loneliness » pour exprimer la douleur d’être seul et elle a créé le mot « solitude » pour exprimer la joie d’être seul.

La mer (citations)

Les oiseaux de mer se pâmaient et gémissaient, énervés, semblait-il, par le spectacle de ce grand bol d’eau, bombé comme une ampoule, bleu métallique, malveillant et rayonnant.

Banville, John (2005), La Mer, p. 3

La mer qui s’étale devant moi tandis que j’écris ne scintille pas, elle brille, sous le soleil fade du mois de mai.

Murdoch, Idris (1978), La Mer, La Mer (p. 1)

La mer lave toutes les souillures de l’humanité

Euripide