Les mots (8)

Les mots

Dans « Comme si de rien n’était », j’ai utilisé l’expression « gros-Jean comme devant », une expression désuète en français moderne, que les adeptes des fables de Jean de La Fontaine ont peut-être reconnue, car c’est ce fabuliste français  bien connu du XVIIe siècle  qui a contribué à faire connaître cette expression, dont il est difficile de deviner intuitivement le sens à partir du contexte.

« Gros-Jean » était autrefois  un synonyme de « paysan », « rustre », « ignare », alors que « devant » signifiait « avant ». L’expression signifie qu’après avoir eu de grands espoirs, on n’est pas plus avancé qu’avant.

Cette expression a été utilisé par Jean de Lafontaine dans « Perrette et le pot au lait »* (dernière ligne).

En anglais, on peut traduire cette expression de différentes façons selon le contexte. Une traduction de cette fable en anglais propose « I am like John Smith » que j’aime bien, mais ne me semblait pas adapté au poème. J’ai choisi la traduction plus moderne « back to square one » dans la traduction anglaise du poème, qui est  assez près du sens français, sans avoir, cependant le même pouvoir évocateur. « Google translate » suggère pour sa part « wholesale jeans as before ».  Un bon exemple pour décourager les étudiants de rédiger leurs devoirs en anglais et de les mettre ensuite dans « Google translate » pour gagner du temps. Bien que je n’aie rien contre « Google translate », cet outil n’est utile que si l’utilisateur connaît bien la langue dans laquelle il traduit. Sinon, les traductions peuvent être surprenantes.

*En fait, il y a plusieurs versions de cette fable.

26 réflexions sur « Les mots (8) »

    1. I have never seen this expression before in English, but thought that poor John Smith did not shine in that expression, although I may be wrong. Thank you Derrick 🙂

  1. Ah oui, intéressant. Du coup, j’ai relu la fable dont je ne gardais en mémoire que la chute du pot et ces mots « adieu veau, vache, cochon ».

  2. « Back to square one » is the equivalent idea, I think, but it lacks the richness of gros-Jean and his plight! For some reason I immediately thought of Gerard Depardieu 🙂 Maybe he has played a gros-Jean character?

    1. I realise the lack of richness. Maybe I am less adventurous in English. I am not aware of Gerard Depardieu playing a gros Jean but I have not seen all his films 🙂

      1. I’ve just worked on Le Colonel Chabert with the students. I love the film and Gerard Depardieu in this film. Wonderful voice, and great acting (in my view)

      2. That’s one for me to look up. Yes indeed, he has a beautiful voice. I remember he was in an American romantic comedy called « Green Card » and I absolutely loved it. Partly because of the voice. And then in « Danton, » he was an orator and spoke literally until he became hoarse. It was one of the most stunning pieces of film acting I’ve seen.

  3. En fait Google translate est un excellent générateur de poésie absurde ou de textes surréalistes. Il suffit d’y mettre n’importe quel extrait de texte (écrit en français ou en anglais correct) et on se retrouve avec une traduction qui n’a que peu de rapport voire aucun rapport avec le texte d’origine en plus d’être complètement surréaliste dans sa facture . Breton n’aurait pas renié. J’ai pensé qu’un jour je m’en servirai pour générer des textes automatiques…

    1. Tout dependra du contexte : « jump in » ou bien « going beserk » peut-etre; pour le cheveu dans la soupe, tout dependra s’il s’agit du sens propre ou image . Il est assez difficile de trouver une reponse hors contexte 🙂

      1. Mais ça ne sera pas une traduction littérale dans quelque cas que ce soit… Je pensais notamment à notre ancien premier ministre canadien, Jean Chrétien, qui a traduit littéralement, « like a hair in the soup », pour exprimer une idée… Chaque langue à son « génie », qui ne se transpose pas toujours facilement d’une langue à une autre. De plus, chaque langue évolue ; difficile de lire Montaigne dans une édition originale.

  4. Ici, aux Etats-Unis, on a l’expression « Joe Six-Pack », qui sert à décrire un homme rude, ordinaire, travailleur, qui boit toujours la bière Budweiser au lieu du bon vin cher…..alors, « back to Joe Six-Pack »….

Laisser un commentaire