Archives pour la catégorie Les mots

Les mots

 

Les mots

Au centre d’Athènes se trouve l’arrêt de métro Syntagma, qui signifie constitution en grec. A l’origine, c’est  une démonstration dirigée par un général grec au Palais Royal (devenu depuis le Parlement) en 1843,  exigeant une constitution pour le pays qui a donné son nom à cet arrêt de métro.  En français, cependant, « syntagme » est un terme grammatical qui signifie groupe de mots. Il faut donc remonter dans l’étymologie pour voir le lien entre les deux significations.    En grec, le « syntagme » signifie chose rangée, composition, doctrine, organisation, ranger ensemble,  et le lien entre les deux mots devient ainsi transparent. Et pour la linguiste que je suis, passer tous les jours devant l’arrêt Syntagma est un petit moment de bonheur grammatical.

Les mots (17)

Les mots

C’est Linnetmoss (merci Linnet) qui a attiré mon attention sur le mot « buée », que j’ai utilisé dans Haiku (4) (traduit par « mist », le seul mot d’une syllabe que je pouvais utiliser en anglais mais qui ne me satisfaisait pas entièrement). Il a une forme et une prononciation qui indique assez clairement qu’il s’agit d’un mot français, c’est-à-dire un mot qui a évolué naturellement du latin au français, ce qui est assez souvent le cas des mots d’une ou deux syllabes (alors que les mots plus longs ont souvent été empruntés plus tard au latin, bien qu’il ne s’agisse pas d’une règle absolue). J’ai utilisé ce mot dans le haiku pour évoquer la petite vapeur qui sort de la bouche les jours où il fait froid. Son origine lexicale n’est pas transparente, comme c’est le cas d’autres mots. Il m’a donc fait plaisir de découvrir comment  ce mot a évolué. Le point de départ, en gallo-roman bucata  « lessive », a subi l’évolution phonétique propre au français, qui fait en sorte que la version française  beaucoup plus courte que l’on retrouve  autour du XIIIe siècle,  buée, signifiera plus tard, par extension, l’évaporation produite par le lavage. Le mot perd ensuite son lien avec le lavage pour signifier la vapeur. Quel plaisir de voir la valse de l’évolution de la langue.

Les mots (17)

Les mots

En rédigeant mes impressions de lecture, j’ai utilisé les mots vrai et  véridique. Je ne croyais pas pouvoir utiliser true dans les deux cas et dans le second j’ai choisi credible, pour exprimer « qui témoigne d’un souci de vérité » (j’aurais également pu utiliser truthful),  je me suis demandé quelle était la nuance  de sens entre ces deux mots et véritable, un autre mot de la même famille. Il n’est pas étonnant de constater que vrai « conforme à  la vérité »  vient du latin populaire veracus, comme  résultat de l’évolution naturelle du mot vers le français, car  les mots français (et non empruntés au latin à une date ultérieure) sont généralement  courts. Véritable vient pour sa part du latin classique : il est un dérivé du substantif vérité « dont l’existence, la réalité ne peuvent être mises en doute ». Véridique « qui témoigne d’un souci de vérité » vient également du latin classique veridicus et de dicere « dire ».  Différentes nuances, donc,  pour chacun de ces mots : le premier insiste davantage sur la distinction vrai/faux, le second  sur la réalité (souvent traduit par real en anglais), et le troisième sur la fidélité ou la justesse. Il est fascinant de constater que ces mots sont utilisés dans le contexte approprié par les locuteurs natifs sans qu’ils se rendent toujours compte des nuances subtiles entre les mots.

 

Les mots (1)

Reflexions sur la solitude de l’an dernier. Dans l’espoir que chacun soit en bonne compagnie ou en solitude voulue.

Poesie visuelle/Visual Poetry

tenby22

Au temps des Fêtes, on veut se réunir et partager, ce qui conduit inévitablement à l’évocation de  ceux d’entre nous qui sont seuls, certains par choix, certains par obligation. La solitude est bien ou mal vécue selon les individus, le temps de la vie ou le contexte dans lequel on en fait l’expérience. De plus, il n’est pas toujours facile d’en discuter, car les mots eux-mêmes semblent hésiter un peu.  L’anglais distingue assez bien la qualité des différents  états d’esprit de la solitude avec   « solitude » et  « loneliness »*.  En  français, la solitude s’oppose à l’isolement, le second concept insistant davantage sur son caractère imposé ou indésirable. « Se sentir seul », en revanche, est très clairement un état que l’on cherchera à éviter, alors qu' »être seul » peut être vécu de différentes façons. Le ou la « solitaire » aime souvent vivre seul(e).

Pour moi, la solitude est habituellement un état particulièrement positif, car il est souvent choisi et vécu comme un…

View original post 75 mots de plus

Les mots (16)

postbox1

Cette expression idiomatique « passer comme une lettre à la poste » fut d’abord utilisée pour évoquer la facilité de la digestion et est aujourd’hui encore utilisée pour évoquer ce qui est facile et sans difficulté. Peut-être plus pour longtemps. Le rituel de la lettre, à l’heure de la technologie, semblera de plus en plus, aux générations nées avec la technologie, un processus long et peut-être fastidieux : dater la lettre, puis l’écrire de sa plus belle écriture en évitant les ratures, la signer, la plier, l’insérer dans l’enveloppe (coller l’enveloppe) avant de se rendre à pied, à la boîte aux lettre. Il y a fort à parier que le sens de cette expression deviendra de moins en moins transparent à l’avenir. Quant à moi, cette jolie boîte aux lettres près de chez moi me donne envie d’écrire des lettres, pour le seul plaisir de les mettre à la poste.