4 réflexions sur « Sans paroles/wordless : Soufriere »

    1. Yes, and I think he did it, generously, for me, without us exchanging words. It was an exception, as I found out, in the Caribbean, most people did not like having their photos taken(which I respected, of course). One exception, was La Havana, where people just seemed to love it. It has been an interesting photo journey, to try and work out my limits as a photographer in different places. The Mykonos ladies seemed to love the attention, whereas the Peruvians were happy to oblige (with money involved).

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.