Emile Nelligan (1879-1941)


Ah que la neige a neigé !

Ma vitre est un jardin de givre.

Ah que la neige a neigé!

Qu’es-ce que le spasme de vivre

A la douleur que j’ai que j’ai

Tous les étangs gisent gelés

Mon âme est noire ! Où vis-je ! où vais-je ?

Tous ses espoirs gisent gelés :

Je suis la nouvelle Norvège

D’où les blonds ciels s’en sont allés.

Nelligan, Emile. « Soir d’hiver », in Poésie complète, 1952.

4 réflexions sur « Emile Nelligan (1879-1941) »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s