Patagonie


_MG_0930

Guanaco, Punto Tombo, Patagonie, octobre 2018, ©Sylvie Gé

La Patagonie est un arrêt obligatoire pour LG, curieux de visiter la colonie galloise qui y a émigré au dix-neuvième siècle. A l’aéroport de Trelew, un croeso inscrit sur un drapeau bien gallois nous accueille. A Puerto Madryn, une autre ville portuaire, les références à la présence galloise se multiplient. A Gayman, un des villages principaux ou environ trente pour cent de la population a des racines galloises, le musée de la poésie situé dans une des premières maisons construites par la communauté galloise raconte les raisons  raisons socio-économiques et culturelles ayant motivé leur émigration à l’autre bout de la terre, à une époque où le voyage durait deux mois.  On imagine facilement la détresse qui a du s’emparer d’eux à la vue de ces paysages désertiques et on ne peut qu’admirer la détermination qu’ils ont mis à créer un système d’irrigation (qu’on peut toujours voir aujourd’hui) leur ayant permis de développer l’agriculture et de forcer l’admiration de la population locale. La visite de Gayman s’est conclue sur une visite à une maison de thé de type gallois, avec une montagne de patisserie et du thé. Le paysage semi-désertique de la Patagonie est plat, le ciel est immense, la mer (à Puerto Madryn), fait face à l’Afrique du Sud. Mon goût pour le désert ne fait qu’augmenter. Le clou du séjour en Patagonie reste cependant notre visite à  Punto Tombo,  où des guanacos apparaissent au travers de la colonie de pingouins.

7 réflexions sur « Patagonie »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s