Archives par mot-clé : impressionsdelecture

Ce que j’ai lu : Jonathan Franzen

Nelson, ete 2022, Sylvie GE

Ce que j’ai lu

Jonathn Franzen, Crossroads. Le plus récent livre de Jonathan Franzen, ne semble pas être traduit en français pour le moment, mais il le sera sûrement bientôt. Cet auteur s’est fait connaître  avec Les Corrections, que j’ai lu il y a plusieurs années et que j’avais fort apprécié. En lisant Crossroads, je me suis d’ailleurs souvenu que j’étais allée à l’une de ses lectures publiques d’un ouvrage dont j’ai oublié le titre, lorsque je vivais à Christchurch, probablement parce que l’événement avait quelque chose de surréel. Très peu probable, comme événement à Christchurch (c’est Auckland qui accueille généralement ce genre de visite),  peu publicisé, je l’avais noté un peu par hasard. Je me suis retrouvée dans une petite salle obscure, avec deux autres personnes (dont probablement sa femme). L’auteur ne se formalisa aucunement de la taille de l’auditoire et s’exécuta, car il savait  peut-être que cette tâche lui permettrait de venir dans l’île du Sud pour y observer les oiseaux, une  de ses grandes passions signifiant, selon mes critères pas du tout scientifiques,  qu’il est un être humain décent (cela étant dit, un sondage récent, mentionné dans The Guardian,  affirme que les observateurs d’oiseaux sont vus comme des gens très ennuyeux, ça ne me dérange pas du tout d’en faire partie, bien qu’en dilettante !).

Evidemment, lorsqu’on lit un livre  qui nous enthousiasme plus particulièrement, le risque d’être déçu par le suivant du même auteur est élevé. Je ne peux pas cependant pas dire que Crossroads de  m’a déçu : il se lit bien et j’en ai lu un passage substantiel tous les soirs avec plaisir. Franzen maîtrise son écriture, ses personnages sont bien campés, ses réflexions  autour d’une famille américaine des années 70, qu’il observe avec acuité et empathie sont pertinentes. J’ai commencé à trouver le temps long après 400 pages, ce qui n’est pas si mal (le livre en a presque 600) car je vois moins le besoin d’écrire de très longs romans à notre époque. Je n’ai cependant pu m’empêcher de comparer ce roman très américain dans sa forme et dans son propos (ce n’est pas un constat négatif) à celui de Karl Ove Knaussgaard, un livre également très long, qui contient des passages ennuyeux que j’ai tout simplement escamotés, mais qui m’a beaucoup plus  troublé que le dernier livre de  Franzen (qui me semble d’ailleurs avoir été influencé par  Knausgaard, dans les descriptions minutieuses de certains moments). La différence entre les deux réside, je crois, dans le fait que Knaussgaard va plus loin dans les retranchements de la littérature, alors que Franzen est très classique dans son approche du roman . L’un n’a pas plus de mérite que l’autre, mais en ce moment, Knausgaard semble m’interpeller davantage que Franzen. A lire tout de même, pour toutes sortes d’autres raisons.

Ce que j’ai lu : Karl Ove Knausgaard : La mort d’un pere

Nelson, hiver 2021, Sylvie GE

Un nouvel auteur, à propos duquel certains affirment qu’il est la découverte du 21e siècle : Karl Ove Knaussgaard, de Norvège, surtout connu pour « Mon Combat » (titre inspiré de « Mein Kampf », mais me semble-t-il sans aucun rapport avec la publication allemande (mais jusqu’à présent je n’ai lu que deux des six volumes sous ce titre)). Je ne sais trop ce qui m’a attisé ma curiosité pour cet auteur, qui a relaté en six volumes, sa vie quotidienne et intérieure sous tous les angles. Il avait auparavant publié d’autres titres  très bien reçus par la critique, couronnés de divers prix, mais c’est « Mon Combat » qui l’a fait connaître mondialement. En principe, une sorte d’autofiction aux saveurs narcissiques n’avait rien pour attirer mon attention. Et pourtant. J’ai d’abord lu « Printemps », qui est je crois son avant-dernier titre, alors que je ne savais pas par lequel commencer (le printemps me semblait plus logique, alors qu’il fallait commencer avec « La mort d’un père », où il relate, sans surprise, la mort de son père, mais également son adolescence et ce, en n’omettant aucun détail). Il y parle autant de détails insignifiants que de moments importants, ce qui fait que certains passages sont ennuyeux (je n’ai pas toujours la patience de lire tous ces passage). L’éditeur le présente comme « un voyage affectif d’une fidélité absolue », une description très juste, à mon avis, de l’adolescence de l’auteur à la mémoire exceptionnelle. Il se rappelle des couleurs, des saveurs, des moments, des bruits avec une justesse qui me dépasse et que je ne saurais sans doute pas reproduire. Au-delà de ce détail littéraire, et même si certains moments sont longs, je ne suis pas certaine de pouvoir mettre le doigt sur la raison précise de ce qui me touche profondément : sa fidélité totale à ses souvenirs, sans complaisance aucune , sa profonde honnêteté ? Je ne trouve chez lui aucun désir de se présenter sous un jour favorable, de s’autofictionner pour se glorifier ou se plaindre, comme on le trouve souvent dans ce genre d’ouvrage. J’ai lu quelques critiques où l’on mentionne qu’on le déteste ou qu’on l’adore, j’imagine assez facilement les deux réactions. Quant à l’auteur lui-même, il a confessé qu’il s’est mis à écrire cette suite, alors qu’il avait de la difficulté à écrire, qu’il l’a d’abord fait pour saisir le moment présent, ce qui se passait dans sa tête, et qu’il n’avait alors aucune intention de publier ce qu’il écrivait et que je crois sans peine compte tenu de ce qu’il projette aux yeux des lecteurs, soit un être humain somme toute assez ordinaire, se démenant dans un monde qu’il ne comprend pas toujours. Ailleurs, il avoue qu’il est un individu rempli de honte, dont il a tenté de se libérer en relatant ce qu’il considérait comme honteux et son écriture, comme une exploration littéraire nouvelle, d’un nouveau genre. Il me semble qu’il a raison et que la littérature, tout comme la poésie (que j’explore très humblement, à ma manière), est toujours en mouvement, d’une manière infiniment mystérieuse et fascinante, dans son désir d’explorer toujours davantage, les profondeurs de l’esprit humain.  Evidemment, son entourage apparaît dans ses livres et n’apprécie pas nécessairement, ce qui a bien sûr conduit à la remise en question de sa version des faits et confirme que tout événement est vécu d’une manière unique. Il doit de surcroît vivre avec ce qu’il a admis avec honnêteté, la possibilité que ses enfants lisent un jour ses livres (pas particulièrement réjouissant). Donc, peut-être à lire ou non, cela dépend vraiment de ce qu’on cherche dans un livre. Quant à moi, j’ai l’intention de continuer à le lire. Pourrai-je me rendre au tome 6 ou non ? A suivre.