Archives de catégorie : litterature

Ce que j’ai lu : Karl Ove Knausgaard : La mort d’un pere

Nelson, hiver 2021, Sylvie GE

Un nouvel auteur, à propos duquel certains affirment qu’il est la découverte du 21e siècle : Karl Ove Knaussgaard, de Norvège, surtout connu pour « Mon Combat » (titre inspiré de « Mein Kampf », mais me semble-t-il sans aucun rapport avec la publication allemande (mais jusqu’à présent je n’ai lu que deux des six volumes sous ce titre)). Je ne sais trop ce qui m’a attisé ma curiosité pour cet auteur, qui a relaté en six volumes, sa vie quotidienne et intérieure sous tous les angles. Il avait auparavant publié d’autres titres  très bien reçus par la critique, couronnés de divers prix, mais c’est « Mon Combat » qui l’a fait connaître mondialement. En principe, une sorte d’autofiction aux saveurs narcissiques n’avait rien pour attirer mon attention. Et pourtant. J’ai d’abord lu « Printemps », qui est je crois son avant-dernier titre, alors que je ne savais pas par lequel commencer (le printemps me semblait plus logique, alors qu’il fallait commencer avec « La mort d’un père », où il relate, sans surprise, la mort de son père, mais également son adolescence et ce, en n’omettant aucun détail). Il y parle autant de détails insignifiants que de moments importants, ce qui fait que certains passages sont ennuyeux (je n’ai pas toujours la patience de lire tous ces passage). L’éditeur le présente comme « un voyage affectif d’une fidélité absolue », une description très juste, à mon avis, de l’adolescence de l’auteur à la mémoire exceptionnelle. Il se rappelle des couleurs, des saveurs, des moments, des bruits avec une justesse qui me dépasse et que je ne saurais sans doute pas reproduire. Au-delà de ce détail littéraire, et même si certains moments sont longs, je ne suis pas certaine de pouvoir mettre le doigt sur la raison précise de ce qui me touche profondément : sa fidélité totale à ses souvenirs, sans complaisance aucune , sa profonde honnêteté ? Je ne trouve chez lui aucun désir de se présenter sous un jour favorable, de s’autofictionner pour se glorifier ou se plaindre, comme on le trouve souvent dans ce genre d’ouvrage. J’ai lu quelques critiques où l’on mentionne qu’on le déteste ou qu’on l’adore, j’imagine assez facilement les deux réactions. Quant à l’auteur lui-même, il a confessé qu’il s’est mis à écrire cette suite, alors qu’il avait de la difficulté à écrire, qu’il l’a d’abord fait pour saisir le moment présent, ce qui se passait dans sa tête, et qu’il n’avait alors aucune intention de publier ce qu’il écrivait et que je crois sans peine compte tenu de ce qu’il projette aux yeux des lecteurs, soit un être humain somme toute assez ordinaire, se démenant dans un monde qu’il ne comprend pas toujours. Ailleurs, il avoue qu’il est un individu rempli de honte, dont il a tenté de se libérer en relatant ce qu’il considérait comme honteux et son écriture, comme une exploration littéraire nouvelle, d’un nouveau genre. Il me semble qu’il a raison et que la littérature, tout comme la poésie (que j’explore très humblement, à ma manière), est toujours en mouvement, d’une manière infiniment mystérieuse et fascinante, dans son désir d’explorer toujours davantage, les profondeurs de l’esprit humain.  Evidemment, son entourage apparaît dans ses livres et n’apprécie pas nécessairement, ce qui a bien sûr conduit à la remise en question de sa version des faits et confirme que tout événement est vécu d’une manière unique. Il doit de surcroît vivre avec ce qu’il a admis avec honnêteté, la possibilité que ses enfants lisent un jour ses livres (pas particulièrement réjouissant). Donc, peut-être à lire ou non, cela dépend vraiment de ce qu’on cherche dans un livre. Quant à moi, j’ai l’intention de continuer à le lire. Pourrai-je me rendre au tome 6 ou non ? A suivre.   

En bonne compagnie

Ronda, Avenida Poeta Rilke, novembre 2019, canon, Sylvie GE

J’ai lu il y a de cela bien longtemps, Les Elégies de Duino du poète Rainer Maria Rilke, considéré par certains comme le poète de langue allemande  le plus important du 20e siècle. Je fus donc surprise de trouver une avenue portant son nom à Ronda et en cherchant la raison sur Internet, j’ai appris que c’est à Ronda qu’il a guéri le blocage dont il souffrait après avoir écrit les deux premières élégies, tandis qu’il traversait une crise existencielle et spirituelle et qu’il  faisait un pèlerinage tourmenté en Espagne à la recherche de l’inspiration qui lui permettrait de terminer ses élégies. C’est à l’hôtel Reina de Victoria, où il pour admirer le Tajo que l’inspiration lui revint. Voilà que je me sens ici un peu plus chez moi ! 

Je comprends que la vue de ce paysage naturel magnifique, où les traces de l’humanité se sont fondues harmonieusement, ait pu débloquer son imagination. La seule chose qui m’intrigue est de savoir comment un « pauvre » poète (tous les poètes sont pauvres, non ?) ait pu se payer un séjour dans un hôtel de luxe. Quant à nous, il nous a fallu nous contenter d’un Airbnb modeste, ce qui ne nous d’ailleurs pas empêché d’adorer l’endroit. Le mélange des cultures, la grandeur naturelle du paysage, en a fait un endroit où règne une atmosphère particulière, qui malheureusement fait aujourd’hui le bonheur des influenceurs.