Archives du mot-clé Swansea

Abertawe

Abertawe (Swansea), January 2019, canon, Sylvie Ge

I felt at home, spending a few days in a city claiming that more poetry is needed. Abertawe (Swansea), the birthplace of Dylan Thomas (yes, him, again), of which he said it was « a pretty ugly town » (great pun very difficult to translate in French), which admirably captures what one feels in Abertawe. The city was rebuilt in a hurry after being destroyed during World War II, and it can be seen everywhere. There is still a sense, nonetheless, of ​​what it was before thanks to a few buildings. There is also, of course, the undeniable trace of Dylan Thomas, who was born there, who is referenced everywhere in the city: the Dylan Thomas Center, the theatre, his quotes embedded everywhere, etc., gives it an undeniable charm, at least in my eyes. That’s without counting the marina, the seaside and Mumbles, at the beginning of what is called the Gowers, a series of beautiful bays. And a city that does not hesitate to say that the world needs poetry will always make me feel welcome.

Abertawe

Abertawe (Swansea), janvier 2019, canon, Sylvie Ge

Il fait bon de passer quelques jours dans une ville qui proclame que l’on a besoin de la poésie. Abertawe (Swansea), le lieu de naissance de Dylan Thomas (oui, lui, encore une fois), dont il a dit qu’elle était  « a pretty ugly town » (un jeu de mots difficile à traduire en français, puisque « pretty » a le sens de « jolie » et de « assez », donc « assez laide » ou « jolie laide »), qui traduit admirablement bien ce que l’on ressent à Abertawe. La ville a été reconstruite en hâte après avoir été rasée pendant la seconde guerre mondiale, et cela se sent un peu partout. On peut tout de même avoir une idée de ce qu’elle a été grâce à quelques bâtiments et la trace indéniable de Dylan Thomas, qui y est né, et référencé un peu partout dans la ville : le Centre Dylan Thomas, le théâtre, les citations, etc., lui confère un charme indéniable, du moins à mes yeux. C’est sans compter la marina, le bord de mer et Mumbles, au début de ce que l’on appelle les Gowers, une série de baies, plus magnifiques les unes que les autres. Et une ville qui ne craint pas d’affirmer que le monde a besoin de poésie me fera toujours sentir la bienvenue.